Les auteurs présents au festival

Léonora Miano

Rouge impératrice (Grasset)

Le lieu : Katiopa, un continent africain prospère et autarcique, presque entièrement unifié, comme de futurs Etats-Unis d’Afrique, où les Sinistrés de la vieille Europe sont venus trouver refuge.
L’époque : un peu plus d’un siècle après le nôtre.
Tout commence par une histoire d’amour entre Boya, qui enseigne à l’université, et Illunga, le chef de l’Etat.
Une histoire interdite, contre-nature, et qui menace de devenir une affaire d’Etat.
Car Boya s’est rapprochée, par ses recherches, des Fulasi, descendants d’immigrés français qui avaient quitté leur pays au cours du
XXIe siècle, s’estimant envahis par les migrants. Afin de préserver leur identité européenne, certains s’étaient dirigés vers le pré carré
subsaharien où l’on parlait leur langue, où ils étaient encore révérés et où ils pouvaient vivre entre eux. Mais leur descendance ne jouit
plus de son pouvoir d’antan : appauvrie et dépassée, elle s’est repliée sur son identité.
Le chef de l’Etat, comme son Ministre de l’intérieur et de la défense, sont partisans d’expulser ces population inassimilables, auxquelles
Boya préconise de tendre la main.
La rouge impératrice, ayant ravi le coeur de celui qui fut un des acteurs les plus éminents de la libération, va-t-elle en plus désarmer sa
main ?
Pour les « durs » du régime, il faut à tout prix séparer ce couple…

Crépuscule du tourment 2 (Grasset)

Après des années passées à l’étranger, Amok revient au pays afin d’élever son fils dans un environnement préservé du racisme. Ce retour ravive d’amers souvenirs, des conflits familiaux, l’inconfort d’une appartenance sociale mal assumée.
En proie à un accès de violence, il bat sa compagne Ixora. Horrifié par son geste, il prend la fuite pour affronter son père dont il pense avoir hérité « le fauve caché dans l’âme des hommes de sa lignée ». Dans sa course, il est victime d’un accident de voiture qui le laisse semi-conscient : c’est par l’esprit qu’il traverse ses gouffres intérieurs, revisite son histoire intime et ses blessures secrètes.
Il s’agira pour lui de s’accepter pour être en mesure de transformer son lourd héritage. Épousant la structure d’un thème de jazz, donnant une voix aux vivants et aux morts, ce roman est celui de la reconquête de soi et de la rédemption.
Crépuscule du tourment 1, Melancholy mettait en scène quatre voix de femmes s’adressant au même homme : un chœur convergeant vers un centre muet. Crépuscule du tourment 2, Heritage part de l’intériorité de cet homme, autour duquel gravitent d’autres figures masculines et les femmes de sa vie.

Née en 1973 à Douala, au Cameroun, Léonora Miano vit en France depuis 1991. Son œuvre est constituée à ce jour de neuf romans, dont L’Intérieur de la nuit (Plon, 2005), Contours du jour qui vient (Plon, prix Goncourt des lycéens 2006), Les Aubes écarlates (2009), deux recueils de textes courts, deux textes théâtraux, La Saison de l’ombre (Grasset, prix Femina  2013), Crépuscule du tourment 1et 2 (Grasset, 2016 et 2017).

 

 

Crépuscule du tourment (Grasset)

De nos jours, quelque part en Afrique subsaharienne, au Cameroun peut-être, quatre femmes s’adressent successivement au même homme : sa mère, la femme à laquelle il a tourné le dos parce qu’il l’aimait trop et mal, celle qui partage sa vie parce qu’il n’en est pas épris, sa sœur enfin.
À celui qui ne les entend pas, toutes dévoilent leur vie intime, relatant parfois les mêmes épisodes d’un point de vue différent. Chacune fait entendre un phrasé particulier, une culture et une sensibilité propres. Elles ont en commun, néanmoins, une blessure secrète : une ascendance inavouable, un tourment identitaire reçu en héritage, une difficulté à habiter leur féminité… Les épiphanies de la sexualité côtoient, dans leurs récits, des propos sur la grande histoire qui, sans cesse, se glisse dans la petite.
D’une magnifique sensualité, ce roman choral, porté par une langue sculptée en orfèvre, restitue un monde d’autant plus mystérieux qu’il nous est étranger… et d’autant plus familier qu’il est universel.

 

La Saison de l’ombre (Grasset) Prix Fémina 2013

« Si leurs fils ne sont jamais retrouvés, si le ngambi ne révèle pas ce qui leur est arrivé, on ne racontera pas le chagrin de ces mères. La communauté oubliera les dix jeunes initiés, les deux hommes d’âge mûr, évaporés dans l’air au cours du grand incendie. Du feu lui-même, on ne dira plus rien. Qui goûte le souvenir des défaites ? »

Nous sommes en Afrique sub-saharienne, quelque part à l’intérieur des terres, dans le clan Mulungo. Les fils aînés ont disparu, leurs mères sont regroupées à l’écart. Quel malheur vient de s’abattre sur le village ? Où sont les garçons ? Au cours d’une quête initiatique et périlleuse, les émissaire du clan, le chef Mukano, et trois mères courageuses, vont comprendre que leurs voisins, les BWele, les ont capturés et vendus aux étrangers venus du Nord par les eaux.

Dans ce roman puissant, Léonora Miano revient sur la traite négrière pour faire entendre la voix de celles et ceux à qui elle a volé un être cher. L’histoire de l’Afrique sub-saharienne s’y drape dans une prose magnifique et mystérieuse, imprégnée du mysticisme, de croyances, et de « l’obligation d’inventer pour survivre. »

Revenir à la liste des auteurs

Tous les auteurs présents au festival :
Abdelkebir Al Manaoui Abdellah Baïda Yassin Adnan Mohamed Chouika Mohamed Aït Laamim Al Azalya Najat Dialmy Abderazzak Benchaâbane Lilya Zekraoui Muriel Augry Valérie Trierweiler Faouzia Moundib Lucile Bernard Jalil Bennani Mahi Binebine Fatima Gueisser Mohamed Nedali Léonora Miano Souad Jamaï Noureddine Bazine Imane Kendili Youssef Gharnit Ouadih Dada Siham Bouhlal Rabiaa Bouznad Abdelhaï Sadiq Meryem Hadj Hamou Evelyne Dress My Seddik Rabbaj Izza Fartmis Youssef Wahboun Halima Hamdane Emmanuel Pierrat Fatiha Moufak Jean-Marie Heydt Fatiha Karkaba Omar Fertat Jean-Yves Maisonneuve Véronique Sédro Abdelhak Najib Moha Souag Abdelkhalek Jayed Nadia Mouttafiq Parola Zineb Mabssout Mohamed Ouissaden Viktor Lazlo Miloudi Nouiga Fatima El Bouanani Ahmed Fertat Abdelghani Fennane Alaa Kaid Hassab Isabelle Six, Benoît Maire et Brahim Bakass Ahmed Louisi Soufiane Marsni Abdellatif Aadil Philippe Bichon David Foenkinos Tahar Ben Jelloun Abdelaziz Lhouidek Mohamed El Boughali Henri Michel Boccara Eve Duciel Mital Ziyadi Maryam Abdelmajid Boureddad Patrick Poivre d'Arvor Hicham Houdaïfa Ghizlaine Chraibi
Les partenaires du festival

Comment devenir partenaire ?