Les auteurs présents au festival

My Seddik Rabbaj

Nos parents nous blessent avant de mourir (Le Fennec)

Le lutteur (Le Serpent à plumes)

Jeune homme à la peau d’ébène, Yahya appartient à la tribu nord-africaine des Raytsoutes qui s’épanouit aux portes du Sahara. Les Raytsoutes ont fait jaillir de ces terres désolées une véritable oasis de vie, offrant à leurs héritiers la richesse et la beauté d’un sol fécond. Mais la jalousie les encercle, les hommes des montagnes qu’ils surnomment « les Singes » – pour leur agressivité et leur agilité hors du commun – fomentent une attaque. Si les Raytsoutes en sont bien conscients, il n’est pas question de reculer face à cet ennemi et chaque homme de la tribu est prêt à mourir pour défendre la terre de ses ancêtres.

Mais la bonté légendaire de ce peuple causera leur perte. Accueillir un étranger, lui fournir assistance et protection alors que celui-ci endosse le rôle du vieillard meurtri, lui accorder sa confiance, se confier à lui. Tout cela pour finalement devoir admettre que ce dernier n’était qu’un comédien émissaire, un traitre envoyé par l’ennemi. L’ensemble du village affaibli par le poison ainsi déversé, voit ses meilleurs combattants contraints au repos. Alors que le peuple raytsoute est extrêmement affaibli, les hommes des montagnes déferlent sur leur terre. Alors que la mort se déverse sur le village et que le sang des Raytsoutes inonde ce recoin de paradis, Yahya devient l’héritier de cette culture assassinée et se voit à présent chargé de protéger sa mère, sa sœur et son jeune frère. C’est à dos d’âne qu’ils se mettent en route avec pour seule destination, la pointe de l’horizon, à l’exact opposé de leurs racines.

Yahya a fait une promesse à son père sacrifié, celle de toujours prendre soin des siens et de permettre à son frère et à sa sœur d’apprendre à lire afin qu’ils puissent étudier et choisir la vie qu’ils souhaitent mener. Après la rencontre des nomades, majestueux hommes bleus, la famille trouve de nouvelles racines à la Zaouya. Une nouvelle vie pleines de promesses mais aussi de combats pour le jeune Yahya, pour la liberté et l’amour.

La plume de My Seddik Rabbaj est toujours délicate, sans fioriture et très respectueuse. Les paysages grandioses des plaines africaines et de l’hypnotique Sahara s’exposent sous nos yeux enchantés. (…) La culture marocaine est la source d’inspiration dans laquelle il puise et par laquelle il fait émerger ce récit tel un hommage à tous ces peuples. La diversité est belle au sein du Lutteur et Yahya, figure emblématique de ce texte, incarne des valeurs extrêmement fortes et porteuses, tel que le respect, le courage et l’amour. Une invitation au voyage au cœur d’un très beau récit.

(in « undernierlivre.net »)

MY_SEDDIK_RABBAJ_couv

My Seddik Rabbaj est né et vit à Marrakech où il enseigne le français dans un lycée. Il raconte sans relâche les tourments et les espoirs des Marocains. En 2006, il publie son premier roman Inch’Allah aux éditions « Le Serpent à Plumes » en France, un roman sélectionné parmi les quatorze premiers romans de la même année au festival de Chambéry et choisi comme livre du mois de septembre dans la rubrique « Attention talent » par la FNAC… En 2008, il sort son deuxième roman « L’école des sables » chez le même éditeur, un roman, très remarqué par la presse. En 2013, il publie chez les éditions « Afrique Orient » son troisième titre « Suicidaire en Sursis». En 2015, son quatrième roman « Le Lutteur » voit le jour chez son éditeur français. C’est le premier roman au Maroc à parler de la traite négrière. Son dernier roman « Nos parents nous blessent avant de mourir » est sorti en 2017 en France.

Rabbaj est aussi nouvelliste. Il a participé à plusieurs collectifs publiés au Maroc et ailleurs et son recueil de nouvelles est en préparation. Sa participation au cinéma se réduit au sous-titrage de plusieurs films. Il organise très souvent des clubs de lecture. Actuellement, il est en train de monter la première édition du « Prix littéraire des lycéens ».  

 

Revenir à la liste des auteurs

Tous les auteurs présents au festival :
Véronique Sédro Alaa Kaid Hassab Najat Dialmy Lilya Zekraoui Léonora Miano Philippe Bichon Tahar Ben Jelloun Imane Kendili Abdellah Baïda Halima Hamdane Evelyne Dress Mital Ziyadi Maryam Abdelmajid Boureddad Fatima El Bouanani Henri Michel Boccara Ahmed Fertat Abdelkebir Al Manaoui Valérie Trierweiler Nadia Mouttafiq Noureddine Bazine Abdellatif Aadil Fatiha Karkaba Al Azalya Soufiane Marsni Isabelle Six, Benoît Maire et Brahim Bakass Mohamed Aït Laamim Ghizlaine Chraibi Abdelhaï Sadiq Mohamed Ouissaden My Seddik Rabbaj Jean-Marie Heydt Abdelghani Fennane Muriel Augry Souad Jamaï Mahi Binebine Fatiha Moufak Hicham Houdaïfa Izza Fartmis David Foenkinos Patrick Poivre d'Arvor Jalil Bennani Mohamed Nedali Ouadih Dada Jean-Yves Maisonneuve Miloudi Nouiga Emmanuel Pierrat Zineb Mabssout Lucile Bernard Siham Bouhlal Abdelhak Najib Omar Fertat Fatima Gueisser Rabiaa Bouznad Abderazzak Benchaâbane Youssef Gharnit Ahmed Louisi Faouzia Moundib Yassin Adnan Mohamed Chouika Abdelkhalek Jayed Viktor Lazlo Youssef Wahboun Eve Duciel Meryem Hadj Hamou Moha Souag Parola Abdelaziz Lhouidek Mohamed El Boughali
Les partenaires du festival

Comment devenir partenaire ?